Lantelm, troubadour aiguillonnais, transcription et traduction par J. Roux, occitaniste
Senher Lantelmet de Laguilhon
Ar ai ieu tendut mon trabuc
don sueilh trair’als malvas baros ;
e trayn a un de cor blos,
vueis d’onor, plen de nuailha
lausengier, bausador, janglos,
avar, ric, croy, vueig de fatz bos,
plen d’enjan, vil en batailha.

Seigneur Lantelmet de Laguilhon
Maintenant j’ai tendu mon trébuchet
dont j’ai coutume de tirer sur les mauvais barons ;
et je tire sur un dépourvu de courage,
vide d’honneur, plein d’indolence,
médisant, menteur, bavard,
cupide, orgueilleux, vilain, vide de bonnes actions,
plein de fausseté, vil dans la bataille.

Malvas es dels pes tros q’al cuc,
e flacs del cap tros q’al s talos ;
e sos conseills es de garsos, sa
cortz de paupra vitailha, sos
solatz penzanz e iros, e sei don
paupre, sofrachos, sei fach
van com fuecs de pailha.
Il est mauvais des pieds au sommet du crâne,
et lâche de la tête jusqu’aux talons
son conseil est composé de faquins, sa
cour est pauvre en victuailles, son
divertissement pesant et triste, et ses dons
pauvres et maigres ; ses biens
sont comme feux de paille.
Als enemics son sei hueilh cluc,
e contra’ls amics vedamdos
per far enjans e tracios ; e per
tan no tem far failha : q’el ditz,
e non es vergonhos, qe sos
parenz fo Ganeilhos ; pero no’il
cal q’el traslha.
Envers ses ennemis, ses yeux sont fermés,
et contre ses amis il devient nuisible
en usant de tromperies et de trahisons ;
et pour autant il ne craint pas de faillir :
car il dit, et il n’en a pas honte,
que son père fut Ganelon ;
mais peu lui importe de mal agir.
Ans als enemics no fes truc
qe no’i laises sos compainhos
e’ls cavals e las garnisos ; e fa
mal qan porta mailha ni ar
mas, mas los esperos : qe mais
li an valgut, a sasos, qe lança
ni branz qe tailha.
Jamais aux ennemis il n’a porté de coups
sans y perdre ses compagnons
les chevaux et les armures :
et il utilise bien mal, quand il les porte, cotte de
maille et armes, si ce n’est les éperons :
ils lui ont mieux valu, parfois
que lance ni épée tranchante.
Al baro plus cau d’un saüc,
sirventes, vai tost e cochos ;
e no sia en tau luec rescos,
qe tu as auta sonalha
no’l digas : « ieu vieinh çai a vos »,
pero lai vay a reculos,
q’enaissi tainh c’om l’asailha.
Au baron plus creux qu’un sureau,
sirventès, va vite et fais diligence ;
et en tel lieu, ne reste pas caché,
car tu sonnes haut et clair ;
ne lui dis pas : « je viens ici vers vous »,
mais vas-y à reculons,
car c’est ainsi qu’il convient qu’on l’attaque.
Retour