Rodolphe Dugay

Extraits du Journal de Rodolphe Duguay 1907-1927 (communiqués par le chercheur autonome Québéquois Jean-Guy Dagenais)

Paris 19 juillet 1921 mardi 7 h -¼ soir — Hier vers 5 h ½ l'ami Pierre Lallement m'est arrivé, nous avons jasé plus d'une heure, après quoi je suis allé le reconduire au métro St-Germain-des-Prés. Cet a.m. allé voir les prix de Rome avec Walser, Lamery et deux autres. Les ouvrages seront jugés le 22. Premier sujet : Saint-Antoine étant mort, deux lions lui creusent une fosse, et deux anges viennent l'ensevelir. Deuxième sujet : Nymphes et Faunes. Toisième sujet, scène de famille : Les premiers pas. Dastrac(1), un élève de chez Julian est au concours, je l'aime beaucoup, surtout sa pâte est très riche, quoiqu'un peu grise, il a traité Saint-Antoine. Constantin Font(2), aussi Saint-Antoine, par un effet de nuit très joli, sera peut-être le premier. J'ai quand-même confiance pour Dastrac, sa peinture est si riche et le tout se tient tellement. Roux(3) a traité Nymphes et Faunes. Couleurs très fraîches, faciles, un peu dur d'ensemble. Ce sera probablement un de ces trois-là. Un autre de qui j'ai bien aimé le concours [...] un peu bleu cependant le Saint-Antoine. Ce matin communié à St-Germain-des-Prés. Ça ne va pas tout à fait à mon goût dans mon ouvrage. Marie, veillez sur moi.

Paris 24 juillet 1921 dimanche a.m. 9 h ½. — J'arrive de la messe à St-Germain-des-Prés, communié. Le 18 a.p.m. je commençai pour esquisse libre : Un Laboureur par un soleil couchant. Le lendemain, je commençai par dessus un autre sujet : Le Christ se rendant au jardin des Oliviers le Jeudi Saint au soir, temps clair car on est à tout la pleine lune(4). Avant-hier commençai Le Reniement de Saint Pierre. Hier allé voir les prix de Rome. Grand prix : Beaume(5), le plus laid à mon goût, celui que j'ai le moins regardé, sujet Saint-Antoine, premier Grand prix. Constantin Font, celui-ci, à mon avis, aurait du être Grand Prix. Roux est le premier second. Dastrac n'a rien, ce pauvre Dastrac, il est pourtant bien son truc... faible de dessin peut-être, mais tout de même, comment y comprendre quelque chose...

Paris 22 novembre 1922 mercredi 7 h ½ soir — Hier matin et ce matin communié, ça me fait du bien et j'en ai grandement besoin. Je vais à l'atelier toute la journée, le concours marche plus ou moins. Ce n'est pas un drôle de métier que la peinture, Dieu que j'en arrache! Cet a.m. allé voir le grand tableau que fait Dastrac, un copain de l'atelier. Il travaille en haut, il a égrandi [sic]son esquisse du concours Chenavard; c'est pour l'État, superbe : des pêcheurs en train de retirer leurs filets. Quand pourrai-je en faire autant?

Paris 11 mars 1923 dimanche 9 h -¼ soir — Le 8 et 9 a.p.m. esquisse de la semaine, Bal masqué. Le professeur n'a pas corrigé l'esquisse samedi. Samedi et hier soir, soupé et veillé chez les bons amis Armand. Que je les aime! Ils sont si bon pour moi. Cet a.p.m. l'ami M. Fleury venu faire un tour. Ce matin communié. Hier a.p.m., acheté un plat en grès gris-bleu avec dessins bleus, payé 4,50 F. Il n'est pas cher, il est grand et beau. Cet a.p.m. commencé nature morte(6), je l'avais installée hier avant de partir pour aller chez Armand. Un tour chez les amis Lemay. Ce soir, marche avec Arthur Lemay. Cet a.m. esquisse chez Julian pour le concours portrait. Sujet, Retour de la chasse. J'ai fait deux hommes, traînant un traîneau sur lequel il y a un gibier, un autre marche près du traîneau, il fait une tempête de neige. Dastrac l'a trouvé de son goût.

Paris 17 avril 1923 mardi 8 h soir — Ça va bien chez Julian, je commence à voir la couleur. A 11 h avec des copains d'atelier, allés voir les concours de figure et d'esquisse pour l'admission au Prix de Rome. Dastrac et Castaing ne sont pas admis, il n'y a que Mlle Debes de l'atelier-femmes Julian(7).

Paris 3 mai 1923 jeudi 9 h 25 soir — Expositions, rétrospectives de Jean-Paul Laurens(8), père de Pierre et d'Albert. Une toile de Fosin, et de Bélanger, Dastrac, Ventrillon, Vergnault et d'autres de chez Julian exposent.

NOTES.

(1) Raoul-Jean Dastrac (1891-1969). Elève de Jean-Paul et Paul Albert Laurens. Il obtint une mention honorable au Salon de 1923. Un musée porte son nom à Aiguillon, Lot-et-Garonne, lieu de naissance et de décès.

(2) Constantin Font, (1890-1954). Ensevelissement de Saint Antoine à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts. In Bénézit.

(3) Tony Georges Roux (1894-1928). Etudes à l'Académie Julian avec Jean-Paul Laurens et François Flameng. Ibid.

(4) Deux esquisses, 26,5 cm X 20,5 ; 19/7/21.

(5) Emile Beaume, élève de Déchenaud, Flameng et Baschet et de l'Ecole Nationale Supérieure des beaux-Arts.

(6) H/t, 46,2 cm X 38,1 nature morte, s. en b. à g. R Duguay, 9/3/23, D851.

7) Les ateliers-femmes chez Julian, étaient au 5 rue Berri et rue du Cherche-Midi. Il s'agit probablement de Juliette-Emilie Debes (1889-....), élève de Jean-Paul Laurens et P A Laurens, obtint une mention honorable au Salon de 1923.

(8) Salon de 1923, in Gazette des Beaux-Arts, 1923, vol.2, p. 271, 285, 291, 292.

Retour