Au recto d'une carte de vœux de Robert Merle à sa mère, la Faculté de Nanterre en 1966, décrite plus tard dans son roman Derrière la vitre : "Des cubes de béton plantés dans un océan de glaise molle et rouillée où le pied s'enfonçait jusqu'à la cheville. Les alentours étaient d'une tristesse à pleurer." Puis plus loin : "Une tour qui domine de ses huit étages altiers les quatre bâtiments, de quatre étages chacun, dédiés avec humilité aux taches pédagogiques."

Retour